Les étapes du deuil amoureux

La séparation est source de détresse et s’assimile au deuil.  Elle ne se fait jamais sans souffrance que l’on soit celui qui quitte ou celui qui est quitté. La personne qui prend la décision de quitter aura un cheminement rempli de culpabilité et de malaise. La personne qui est quittée sera déstabilisée par l’incompréhension et le rejet.

De plus, la souffrance est proportionnelle à la force de l’attachement et à l’importance de l’investissement affectif au moment de la séparation et ce, peu importe la durée de la relation. Bref, la séparation engendre entre autre du stress, de la solitude, le rejet et un état dépressif.

Le deuil est un processus complexe déclenché par la perte d’un « objet ». Le terme « objet » signifie autant la perte d’une personne que d’une situation.  Autrement dit, toute perte importante peut enclencher un processus de deuil. Exemple : la perte d’un être cher en cas de décès, la perte d’une relation amoureuse en cas de séparation ou la perte d’une situation sécuritaire en cas de perte d’emploi. Il importe donc dans tous les cas de faire le deuil de l’objet perdu.

Le deuil amoureux comprend 5 étapes principales. Ces étapes du deuil amoureux ne sont pas linéaires, mais constituent plutôt un cycle. Ce qui veut dire que les étapes peuvent être toutes vécues en quelques jours puis rester dans une étape pendant une plus longue période. Les étapes se chevauchent et sont récurrentes jusqu’à la guérison complète.

  1. Le choc

Cet état émotionnel intense est marqué par l’anxiété et le stress souvent accompagnés de troubles physiologiques, comme la perte d’appétit et l’insomnie. Moins la personne est soutenue, plus grande sera son stress et son anxiété.  Au cours de cette étape, certaines personnes entrent dans le déni.

  1. La recherche de l’autre ou l’évitement

D’après les études réalisées, la seconde étape peut être la recherche obsessionnelle de la présence de l’autre ou son évitement tout aussi obsessionnel. Certaines personnes vivent même les deux facettes de cette étape.

La recherche de l’autre:  S’il y a rupture physique, il n’y a pas nécessairement rupture de l’attachement. L’autre est physiquement inaccessible, mais moralement très présent. Il est très souvent dans les rêves, parfois imaginé dans les endroits familiers. On le voit partout et tous les objets nous le rappellent. Celui qui vit cette étape recherche éperdument tous les signes de la présence de l’autre.

L’évitement de l’autre:  La personne qui est dans cet état d’esprit nie et à refuse tout ce qui peut rappeler l’autre. Il peut en résulter différents comportements difficiles à comprendre pour l’entourage tels : un déménagement très hâtif, le besoin de se précipiter dans une relation de remplacement, dévier toutes conversations qui parlent de l’autre, ainsi que d’exclure les amis communs.

  1. La colère

Dans cette étape, les émotions dominent.  La colère peut être tournée vers soi ou vers l’autre.

Tournée vers l’autre: La personne sera est colère contre l’autre et /ou tous ses proches, tous ceux qui n’ont pas pu empêcher que la rupture survienne et qui n’auront pas aidé à l’éviter.

Tournée vers soi: C’est la culpabilité qui domine. La personne quittée se sent coupable “Je n’aurais pas dû dire ça, faire ça… “. La rupture est vécue comme une punition.  En fait, la personne cherche la faute qui a menée vers cet état de solitude qu’elle ne parvient pas encore à accepter.

  1. La dépression

Après toutes ces étapes agitées, arrive celle de l’abattement. Arrive d’abord la tristesse car la séparation devient vraiment réelle.  Ensuite, l’énergie s’épuise un peu plus et s’installe un état dépressif.  La personne va se replier sur elle-même, va renoncer à tout et cherchera à s’isoler.

  1. La reconstruction de l’équilibre

Après “avoir touché le fond”, la personne en deuil va remonter la pente.  Elle accepte la situation et surtout s’adapte au changement. L’absence de l’autre l’a obligé à modifier ses habitudes. Il y a autre chose à vivre et à apprendre.  C’est une étape où les gens se recentrent sur eux et découvrent un autre aspect de leurs valeurs de vie. C’est aussi le moment pour avoir de nouveaux projets. Et de retrouver un équilibre. L’autre n’est donc plus au premier plan, mais il est devenu partie intégrante de notre expérience de vie.  Enfin, la personne se sent prête pour une nouvelle vie.

 

2015-09-20T22:58:45-04:00